lundi 24 juin 2019

Lieux pittoresques du quartier du Plateau des BUttes-Chaumont

En 1982, Lorsque je suis arrivée dans le quartier , j'ai  fait énormément de photos argentique,  de lieux incroyables que je découvrais au fil de mes balades. A l'époque tout les portes d'entrées étaient quasiment ouvertes et les gens , souvent des personnes âgées ou des artisans, vous accueillaient avec grande bienveillance. Bien souvent ils étaient tellement contents de partager leurs lieux de vie, de trouver quelqu'un à qui parler, qu'ils  se mettaient à vous raconter l'histoire du lieu mais aussi leur vie dans le quartier !
  Avec mes successifs déménagement, j'ai perdu grand nombre de photos.  
puis je suis passée au numérique. Et là aussi j'ai perdu beaucoup de photos !
Déjà en 2012 quand j'ai lancé le blog des Habitants du Plateau des Buttes-Chaumont les portes d'entrées se verrouillaient...
Je vais tout de même tenter de vous faire partager ma passion pour ce quartier méconnu et pourtant qui appartient à l'histoire du village de Belleville .
Vous trouverez sur mon blog en remontant le temps, plein de photos de lieux ou de détails insolites du quartier, notamment pour les ateliers portes ouvertes des  artistes de Belleville

Mon endroit préféré est l'Eglise Russe Orthodoxe Saint Serge et son parc située dans la rue de Crimée  un lieu  de calme qui vous ressource.



A SUIVRE !

dimanche 16 juin 2019

Dominique et la Java Bleue de la rue de la Villette

 21 rue de la Villette 75019 Paris  vers 1996

Pour les habitants du quartier qui y vivent comme moi depuis les années 1980 ou qui y sont arrivés bien avant, cette boutique et Dominique symbolisent encore , l'éveil, l'embellissement et la transformation  spectaculaire de la vie de  la rue.

 A l'époque la rue de la Villette était encore dotée de nombreux commerçants  et d'artisans . Tous habitaient  quartier !
Il y avait: une boulangerie, une charcuterie, deux boucheries dont une chevaline, une épicerie et une épicerie buvette, une librairie papeterie et une librairie salon de de coiffure (!), un bouquiniste, une friperie,  un garage, un atelier de confection pour homme,  un entrepôt utilisé par les fruits et légumes de la rue de Belleville, un électricien, deux petits cafés, un obstétricien, un assureur ...

Et c'est aussi   sans doute pour cette raison, en souvenir respectueux du passé populaire du quartier qu'elle a nommée sa boutique la Java Bleue ! 
 Nom de la chanson du film si joliment interprétée par Fréhel.


A l'heure actuelle tous ces commerces et ateliers ont disparu  pour être remplacés soit par des immeubles soit par d'autres activités commerciales considérées comme moins indispensables pour certains ...
Mais  toutefois créant une offre aux nouveaux arrivants du quartier.

Le parcours de Dominique 

Dominique est issue d'une famille d'ouvriers Italiens .
 Elle a passé sa jeunesse à Bobigny.
Puis , elle s'est d'abord occupée d'enfants en travaillant comme animatrice dans les écoles, les centres d'animations et les colonies de vacances.
Elle a même été prof de ski de fond et sans en avoir fait avant !
Puis elle s'est mise a voyager, 
en alternant des retours en France pour travailler ,
 économiser de quoi se payer ses voyages. 
En Inde, Thaïlande, Indonésie, Australie...

De retour à  Paris , elle travaillait comme barmaid dans les bars de Jazz,
  ce qui lui fit découvrir et aimer cette musique ,  
et c'est ce qui plus tard lui  donnera l'envie d'organiser des concerts. 
Elle a aussi été organisatrice  de spectacle vivant.

Dominique dans notre quartier

A son dernier retour de voyage,  
Dominique habita la rue Melingue  durant trois ans.
Elle  eu envie de s'y poser,
de trouver un métier qui lui ressemblait.
Un vrai travail  nourrit de tous les voyages qu'elle avait fait,  
des choses et des gens incroyables qu'elle y avait rencontrées , 
et qu'elle pourrait partager.
Trouver un emploi aussi qui pouvait  marier sa sensibilité artistique
 avec sa passion pour  la nature.
Et  c'est suite à un un bilan de compétence, elle se dit 
"je vais vendre   des fleurs !"
 Et c'est ainsi qu'elle  décida de suivre la formation 
CAP de fleuriste à l'Ecole de la rue Hassard . ..

Photo blog la Java Bleue . 21 rue de la Villette 
 En 1995 , Dominique s'installa comme bouquetiste, 
 d'abord dans l'ancien petit atelier de cuir situé juste à côté puis rapidement elle emménagea dans cette grande boutique qui servait de vitrine à l'atelier de menuiserie situé dans l'arrière cour de l'immeuble. 
Elle négocia le montant du loyer contre les trois mois de travaux qu'elle y effectua
Elle habitat même l'appartement situé au dessus !

 L'installation de Dominique dans ce lieu apporté un jaillissement soudain 
 de couleurs,  d'odeurs ,  de beauté,  de vie et de jeunesse !

Photo blog  la Java Bleue

L'enjolivement de la rue

Déjà perceptible quand on passait devant sa boutique avec les pots de  fleurs et les bouquets  déposés joliment sur le trottoir ou suspendus aux plots.    
 les magnifiques décorations de la vitrine, ses compositions florales artistiquement élaborées avec grande créativité telles des tableaux de peinture et le choix des objets décoratifs exposés.


 Photo blog  la Java Bleue

Une boutique où quand on y entrait on avait du mal à en sortir tellement il y avait de belles choses à voir. Étonnantes  compositions florales, et compositions de bouquets à la commande,  variété de fleurs exotiques, la déco et ses différentes mises en scènes, 
 le choix des objets,  qui changeaient souvent.
 En dehors comme en dedans à chaque fois un nouvel univers  avait été créé...

 Photo blog la Java Bleue

 Dans l'atelier floral

La regarder confectionner un bouquet était incroyablement captivant...
Très belle jeune femme, totalement concentrée, passionnée corps et  âme, 
avec tous ces végétaux, fleurs, tiges, feuilles étalées autour d'elle.
Il y avait aussi ses emballages aussi jolis que ses bouquets ! 

Si vous n'aviez pas les moyens de vos envies d'achats, ce n'était pas grave ni  frustrant,  
Dominique avait pensé aussi aux  bourse percées !
il n'y avait qu'à  patienter jusqu'au dimanche 17h,  
Dominique  bradait ! 
Elle bradait aussi tout ce qu'il y avait dans sa boutique avant chaque  départs en vacances.



 Photo la Java Bleue

 Dans son atelier galerie, Dominique proposait aussi  des exposition de peintures, 
des expos d'objets et de bijoux de créateurs. Souvent des artistes ou artisans du quartier 
que nous découvrions grâce à elle.

Dominique généra aussi de l'emploi !
 
L'équipe de la Java Bleue

Quelques années plus tard, elle ouvrit la boutique d'en face au 14 rue de la Villette
La Java Déco, (Boutique actuelle de l'Embellie)





Dominique ou l'art de la fête
   Événements organisés dans  la rue de la Villette.

Ou comment une rue est devenue vivante grâce au dynamisme et aux idées communicatrices de cette bien belle personne !

 Photo blog la Java Bleue

Très vite Dominique a envie de réunir les gens afin de faire des fêtes ensemble.
Rendre la rue vivante !
Elle crée une première association
 "Association des habitants"

Si aux fil des ans elle organise ou participe à grands nombre d'événements, 
c'est elle qui a  organisé le 1er vide grenier de la rue de la Villette 
et l'emplacement des stands est gratuit !
1er vide grenier 50 participants son dernier vide grenier, 400 participants !

 Photo blog la Java Bleue

C'est elle qui a  organisé la première fête de la musique  
et les musiciens jouent gratuitement !

Puis elle crée avec Akli du petit café El Kahina,
situé juste à côté de la Villa de l'Adour
" l'Association  Villette Voie de Fêtes "

Elle organisera de grandes fêtes alliant concert et spectacles de rues
Pour Halloween, avec Gisèle de la librairie du  Dragon savant, elles organisent un concours de citrouilles et une énorme marmite de soupe à la citrouille est installée dans la rue 

D’emménagement de la Java Bleue 
au  105 rue de Belleville

En 2009, Dominique a eu envie de changer de lieu
Et elle  rejoint l'association des commerçants de la rue de Belleville


Son plus beau souvenir de sa période Villette
A son pot de départ elle a réussi  a payer les musiciens !

Les voyages de La Java bleue dans Paris

1995,  21 rue de la Villette 

La Java Déco
14 rue de la Villette

2009  La Java Bleue
107 rue de Belleville

 Rikita jolie fleur de printemps
37 Bd de Reuilly  et au marché situé juste à côté

106 rue de Ménilmontant

Les boutiques successives après la Java bleue 
au 21 rue de la Villette 

D'abord, il y a eu 
 

Le patron de l'épicerie Fine 

Puis il y a eu
 

Onze Home,
une boutique  qui vendait  des  objets et du café venant d'Afrique 
Proposait aussi des expositions

 A l'heure actuelle la boutique  Dreil Paris,
objets décos, cadeaux

La vitrine de Noël en décembre 2018
  
Portrait en construction, à  suivre ...

https://www.des-gens.net/A-la-java-bleue-on-ne-tourne-pas

http://www.leparisien.fr/paris/la-java-bleue-brade-ses-fleurs-03-01-2004-2004657224.php

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/la-java-bleue-tout-l-art-du-fleuriste-15-03-2005-2005781609.php


jeudi 23 mai 2019

Ateliers Portes ouvertes des artistes de Belleville 2019.




Cette  année, nous ne serons pas à Paris pour allez voir nos amis  les artistes du quartier que nous suivons depuis de très nombreuses années,  et que nous partageons avec vous sur ce blog. 

Nous comptons donc sur vous pour nous envoyer les photos de  vos créations et artistes préférées et afin de les diffuser sur le blog des Habitants du Plateau des Buttes-Chaumont !

Dés demain, vous trouverez les plans et les programmes chez tous les artistes de notre quartier, qui sont tous installés sur des lieux chargés  de mémoire !
Rue des Annelets à l'atelier Moulage tendre et chez Jun- Sasaki, rue de la Villette, à l'atelier  d'art de Danielle Choukroun  et chez le peintre Kats, rue des Solitaires chez Marc Tanguy, rue Clavel, chez Patricia Maiocco...

Vous pouvez déjà voir  sur ce lien, nos artistes pour  leurs créations des portes ouvertes de 2018 
http://habitantsduplateaudesbutteschaumont.blogspot.com/2018/05/portes-ouvertes-des-ateliers-dartistes.html


En avant première nous portons notre coup de Cœur cette année pour cette artiste , 
Jacotte Sibre, une  ancienne costumière de théâtre, installée dans une ancienne fabrique de chaussures.  68 rue de la Villette.


Et pour l'exposition à la galerie de photographie, l'Atelier de Belleville,
 installée dans l'ancienne boulangerie, à l'angle de la rue Fessart et de la Villette.




 

samedi 18 mai 2019

Chez Madame Marcelle, la dernière épicerie buvette du quartier

Chantal,
 à l'entrée de l'épicerie buvette de Madame Marcelle 
au 66 rue de la Villette,
 Photo prise par Martine Käs  entre 1982 1995...

Depuis plusieurs année le  commerce a été transformé en soutien scolaire !


Dans les années 1980 -1995, j'ai bien connu Madame Marcelle,  un tout petit bout de femme chétive âgée de 90 ans et toujours tirée à quatre épingles (sous sa blouse). 
Elle tenait une des dernières épiceries buvettes du quartier. Son minuscule café était installé,
 presque en face des fenêtre de l'atelier des costumes de la SFP. 

Elle  ouvrait son bar très tôt le matin pour fermer  le soir vers 20h et il ne désemplissait pas ! Chaque heure avait ses habitués attitrés. 

Il y régnait une ambiance, une solidarité incroyable  ...
Rassemblée autour  d'un partage  de d'acceptation de la détresse, 
de la solitude, des histoires  de chacun. 

Madame Marcelle servait à boire et à manger avec l'aide de sa fille Yvette, aux habitants ,   aux  copains de quartier, aux ouvriers, aux laissés pour compte, aux retraités isolés, aux  gens qui travaillaient à la SFP, à la factrice qui distribuait le courrier dans notre quartier,  au petit agent de la propreté de Paris, et surnommé la Globule, au patron du garage qui a été démoli et qui était situé à l'autre bout de la  rue , juste à coté de la Cité Florentine...

L’immeuble construit sur l'ancien garage
88/90 rue de la Villette
Le garage, réparation de voiture au moment de sa destruction 
autour des années 1997
Le patron du garage, selon l'heure de la journée venait boire un coup ou 
 un café chez Madame Marcelle et souvent avec ses clients, 
il était soit en salopette de travail soit habillé en vêtement de  ville
Photo Martine Käs

 Et à tout un méli mélo d'autres gens  dont je me souviens que très vaguement. 
Au milieu de toutes ces personnes qui pour certaines venaient noyer leurs chagrins , 
leur solitudes dans l'alcool, d'autres pour retrouver les amis,
 trônait  Chantal, une femme très belle, très classe et très chic... 
Une personne que tout le monde adorait
Photo de Chantal au début de l'article

Fernandel 
dans la toute petite cuisine de Madame Marcelle !



Toujours nostalgique du temps de la  cité Elgé puis de la SFP, Madame Marcelle me répétait constamment qu'elle ne supportait pas les ivrognes ! Que "rien n'était comme avant ! " 

Elle me parlait d'un temps... 
Du  temps  où dans sa minuscule cuisine, elle faisait à manger pour Fernandel,
 pour d'autres comédiens très connus et pour les ouvriers qui travaillaient dans les ateliers.

Car Fernandel appréciait non seulement la cuisine particulièrement savoureuse de Madame Marcelle  (délicieuse je le sais en effet puisque je l'ai gouté) il aimait  aussi l'ambiance populaire de son café, très loin du bottin mondain, mais  aussi de pouvoir s'isoler 
entre deux tournages afin de manger tranquillement.

Elle me répétait aussi  très souvent, que du temps de Fernandel, dans  sa courette, y avait souvent de petits  bals improvisés. Plusieurs habitués jouaient de l' harmonica,  de l'accordéon, du violon et ses clients se mettaient à chanter et à danser joyeusement ! 


Dans cette cour, il y avait un puits fermé dans lequel poussait un magnifique lilas.
Yvette la fille de Madame Marcelle, 
m'avait raconté que lorsqu’elle était jeune, les gens y puisaient l'eau.
Et à mon époque le prunier de la photo donnait de délicieuse prunes !
Photo Martine Käs

La porte de la petite cuisine de l'épicerie donnant sur la cour
Madame Marcelle habitait au 1er étage
Photo Martine Käs entre 1982 -1996

Madame Marcelle aurait pu vivre encore longtemps... 
Mais son immeuble a été vendu.
 Comme à l'époque j’habitai dans la petite maison au fond de la cour, (ancienne fabrique de chaussures) elle venait me voir en pleurant, pour me dire qu'elle ne voulait pas partir, qu'elle ne pouvait pas partir, qu'elle ne pouvait quitter cet endroit, sa vie, ses souvenirs... 

Elle a fini par déménager chez sa fille dans le 15e arrondissement 
dans un appartement situé au 7 e étage sans ascenseur. 

Les habitués, les amis  de l'épicerie buvette venait la voir régulièrement,
la descendait et la remontait à tour de rôle sur leurs dos
 afin qu'elle puisse sortir un peu dehors  ...

Et elle est morte de vieillesse et sans doute de chagrin  au bout de 3ans ...
 

vendredi 17 mai 2019

Printemps des cimetières 2019


Printemps des cimetières à Belleville

Cimetière de Belleville
 Les tombes qui racontent l'histoire de notre quartier et 
de l'ancien Village de Belleville

Comme nous n'avons pas eu le temps d'organiser une promenade autour de l'histoire du cimetière tout comme nous l'avions faite avec  Maxime Braquet
 pour  les usagers de la bibliothèque Oscar Wilde en juin 2018 
Voici les liens
https://www.paris-est-villages.com/category/histoires/maxime-braquet/

et sur notre blog
 http://habitantsduplateaudesbutteschaumont.blogspot.com/2018/03/cimetiere-de-belleville-suite-2.html





Découverte du cimetière de Belleville à l'occasion de la deuxième édition parisienne du Printemps des cimetières, au 40 rue du Télégraphe 75020 Paris. 
Le jardin se trouve est au fond du cimetière et l'entrée est sur la droite


 Le jardin horticole de Masami, une flore urbaine de l'association Plein Air


   
De 14h00 à 16h00

Balade à conter fleurette avec la fabuleuse conteuse  « Botanik’hom » : Contes et balade sensorielle par l’association Kokkino pour sensibiliser à la biodiversité, ainsi qu'à la manière dont nous « relationnons » avec notre environnement, à travers le conte et le poétique, et se mettre à l'écoute des murmures des pierres et des plantes des cimetières. 

https://www.souslarbre.com/ 

 

De 14h00 à 16h00

Loubliana de Pépins production


Portes ouvertes à Flore Urbaine par Pleine air et Pépins Production, la pépinière de quartier : présentation du lieu avec la possibilité d’adhérer et d’acquérir des plantes cultivées sur site de façon écologique, dans le cadre de l'économie sociale et solidaire. A cette occasion, Pépins Production et Jardiniers à Vélo présenteront « l’Hôpital des Plantes » pépinière spécialisée dans l'économie circulaire, qui permet de sauver les végétaux jetés ou défleuris. Vous pourrez déposer une plante fanée et repartir avec une plante "sauvée de la poubelle".

Rendez-vous à l’entrée du cimetière pour l'Hôpital des Plantes, Suivre l'allée jusqu'au bout pour trouver, à droite, l'entrée de Flore Urbaine.


 Vente d'une importante variété de plants sur place
 tous les vendredis entre 12h et 13h